Musée archéologique du Palazzo Toffol

Musée archéologique du Palazzo Toffol

La zone dans laquelle se trouve Montereale Valcellina est habitée depuis au moins trois mille ans : les plus anciens témoignages d’établissements humains remontent au XIVe siècle avant J.-C., ce qu’on appelle l’âge du bronze. Certaines épées qui ont ressurgi des graviers de la Cellina remontent à cette période, peut-être à caractère votif, liées au culte du torrent ou d’une divinité liée à l’eau.

Plusieurs campagnes de fouilles, à partir des années 1980, ont mis au jour des pièces qui sont aujourd’hui rassemblées au Musée archéologique, dans le cadre du Palazzo Toffoli, datant du XVIIe siècle. Les habitants de Montereale, grâce surtout à l’intérêt d’Aldo Colonnello, enseignant et bibliothécaire, du Cercle culturel Menocchio et du groupe Chei del Talpa, ont suivi avec participation et étonnement la découverte et l’étude d’éléments du passé par la Surintendance pour le patrimoine archéologique du Frioul-Vénétie Julienne. Le musée archéologique a été ouvert en 2011.

Les vestiges du plus ancien village (XIVe – XIIe siècle avant J.-C.) ont été retrouvés sur les pentes et sur le Colle di Grizzo, le Monte Spia et le Colle del Castello. De ces hauteurs, on peut voir l’entrée de la Valcellina, le gué et la plaine.
Au cours des siècles suivants, grâce à sa position stratégique le long de la route de passage et de commerce du Piémont, le centre a connu des périodes de grande prospérité. Le point culminant fut le Vème siècle avant J.-C., avec l’arrivée des influences étrusques de la vallée du Pô. La “Maison des dolii” représente la complexité de plusieurs bâtiments de l’époque, développés sur deux niveaux, dont l’un est souterrain. Les dolii sont les pots en terre cuite trouvés dans cette maison et contenant des indices qui nous permettent de reconstituer des aspects de la vie quotidienne de l’époque.

Même au cours des premiers siècles de la romanisation, les IIe et Ier siècles avant J.-C., l’établissement situé sur les pentes de la rive droite de la Cellina a conservé son importance en tant que lieu de transit. C’est peut-être ici que Pline l’Ancien, dans son Naturalis Historia, place la mythique Caelina, une ville florissante qui avait déjà disparu à l’époque où l’auteur latin écrivait. La localisation n’est pas certaine, mais l’assonance avec le fleuve Cellina fait penser à l’actuelle Montereale.

Avec la fondation de Iulia Concordia, vers la moitié du 1er siècle avant J.-C., l’axe de circulation se déplace et laisse le territoire de Montereale dans une position décentralisée. Au Moyen Âge, arrivent les Lombards, dont il reste des traces dans les tombes avec des peignes en os et des petits couteaux. Entre le XIe et le XIIe siècle, la route du Piémont reprend de l’importance. Des châteaux et des espaces clos par des murs ont été construits pour délimiter les propriétés des seigneurs féodaux. Le château sur la colline a été construit à cette époque et a également fait l’objet de fouilles archéologiques.

Pour plus d’informations : https://www.eupolis.info/montereale/mamv/

Scopri le altre meraviglie